Cap Ingelec  : Retour à l'accueil Cap Ingelec : Retour à l'accueil

Les réseaux électriques de demain ! dans un monde où l’optimum est de rigueur…

Le 16 11 2017

En 2017, l’ouragan Irma dévaste les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy. Les réseaux électriques sont endommagés, ce qui créé toute une suite de problèmes. Les 3 usines de production d’eau potable sont à l’arrêt, leurs automates et leurs commandes électriques sont noyés. Les liaisons de téléphonie mobile Orange et SFR sont troublées. Une électricité d’urgence est prévue pour les hôpitaux et l’aéroport. Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy estime qu’il faudrait des semaines et des mois avant un retour à la normale.

On voit donc la nécessité des réseaux électriques, sans qui rien n’est possible, et qui lie tout. Sans électricité, nous voilà plongés dans le chaos le plus total.

 Aujourd’hui, le réseau électrique

Commençons par mettre en lumière le réseau électrique. Comment le définir de nos jours ? Tout d’abord, en raison de l’immensité de ce Monde et des progrès de l’innovation, nous devons pouvoir définir un réseau électrique comme étant fiable. Nous avons besoin d’électricité dans notre quotidien, nous ne pouvons vivre sans, car l’électricité ne sert pas seulement à allumer une lumière pour manger tranquillement dans son salon ; tout, autour de nous a été conçu par et/ou avec de l’électricité. Un réseau électrique se doit aussi d’être robuste et présenter une certaine maintenabilité. Et le plus important ? La sécurité électrique, pour se protéger de tout danger. Ajoutons à la recette une continuité de service, une évolutivité pour être en phase constante avec son temps. Et enfin, n’oublions pas le facteur humain qui a une place considérable. Voici donc la recette du réseau électrique.

Quels sont les travaux sur un réseau électrique industriel ?

Notons que ces travaux se divisent en plusieurs phases.
En phase de conception, il s’agit d’écouter et de comprendre le besoin. Il faut être pertinent, savoir personnaliser le projet. Trouver le « juste milieu » sera la ligne de conduite à tenir, en évitant de tomber dans la complexité ou dans la simplicité extrême. L’anticipation des facteurs humains en termes d’exploitation et de maintenance, des facteurs humains durant les travaux notamment pour la sécurité et les qualifications, et de l’organisation et des profits attendus pour réaliser les travaux (compétences, expériences, …) est primordiale.
En phase de consultation, il faudra mettre en situation les groupements envisagés, ainsi que le directeur de projet et ses équipes. Ne jamais sous-estimer le facteur humain, un chantier se réalise ensemble !
En phase Chantier, on apprend à se connaître, on a une vision d’avance, on va à l’essentiel, on a un esprit de synthèse, on consulte tous les intervenants, on communique et on échange. Bref, « l’intelligence collective » est de rigueur !
En phase de qualification, on parle d’ « avoir la culture du risque », de « travailler les scénarios de repli, … ». En somme, on se met à la place du client comme si nous étions le futur exploitant, on fait de l’autre une priorité.

Conclusion : Un pas vers le progrès

L’électricité fait partie de notre vie, c’est une évidence, nous sommes connectés les uns aux autres par ce champ d’énergie. Elle rythme nos jours et nos nuits, d’où la nécessité d’avoir des réseaux électriques sécurisés et solides pour pouvoir faire face à des problèmes tels que l’ouragan Irma de 2017. Car, un simple fil est endommagé, et toute la Terre est déconnectée.

Christian de Puymaly- Chef de projets Electricité HTB/HTA